Ma cafetière expresso ROK

Après avoir eu une machine à dosette Nespresso, j’ai voulu monter en gamme et m’étais offert une machine ARIETE au design retro assez sympa. Mais un jour j’ai découvert la ROK ! cette machine correspondait en tout point à ce que je cherchais : très design, sans électronique et surtout qui permettait d’avoir un excellent expresso. Il est vrai qu’il faut une assez longue expérimentation pour obtenir un expresso avec sa crème mais ça vaut bien un petit effort.

Voici le descriptif du site MaxiCoffee :

Avec la ROK Expresso, préparez un véritable expresso sans capsule et sans électricité (il faut tout de même chauffer l’eau avant). Ecolo, pratique et fonctionnelle !

Vous redécouvrirez le goût de l’expresso, bien meilleur et authentique qu’un café en filtre…et moins cher.

Son plus? Son fonctionnement totalement silencieux, qui vous permettra de préparer et déguster votre café à tout moment de la journée.

La ROK Expresso fonctionne de la même façon qu’un percolateur traditionnel. Vous n’avez qu’à remplir leporte filtre (diamètre porte-filtre : 49 mm) avec le café de votre choix. Versez ensuite de l’eau chaude sous pression, pression que vous obtenez non pas grâce à un moteur électrique comme pour un percolateur, mais par la pression manuelle des bras de la machine. Elle excelle dans la réalisation de ristretto (3/4 cl), là est vraiment son gros point fort.

Cette manipulation manuelle permet d’obtenir un café excellent, digne des meilleurs percolateurs. Après cela, vous n’avez plus qu’à déguster votre café fort en arômes…Bonne dégustation !

Un moulin est obligatoire pour avoir un bon résultat avec cette machine ROK Espreso.

En vidéo :

Manuel : Manuel Rok_fr

Et pour finir voici ma ROK :

IMG_8859

 

Advertisements

Mes Moulins à café

L’arrivée du café en Europe au xvie siècle implique la création d’un objet spécifique, le « moulin à café », permettant de broyer cette graine en conservant au maximum ses arômes.

Il apparaît rapidement que les moulins à épices sont partiellement adaptés. Pour broyer le café, la première méthode connue est l’utilisation d’un mortier avec des graines torréfiées.

Les premiers vrais moulins apparaissent en Europe et en Turquie en même temps au xviie siècle. En Turquie, les moulins sont composés d’un cylindre en cuivre ou en laiton. Ciselés ou ornés de pierres précieuses, ils sont dotés d’un mécanisme composé d’un axe vertical qui actionne une noix striée, et souvent d’une manivelle pliable qui se range dans le haut du moulin.

Les premiers moulins français sont des modèles de luxe pour les salons de la grande noblesse. Saint-Étienne sera un centre important de production de ces modèles exceptionnels, utilisant le savoir-faire de la mécanique de précision appliqué depuis longtemps dans la fabrication des armes. La plus belle collection de moulins à café de salon se trouve au Musée Le Secq des Tournelles à Rouen en Normandie.

En France les premiers moulins « de série » sont appelés « modèles Louis XIV ». Ils ont un corps taillé dans un seul morceau de bois. C’est pour cette raison qu’on les qualifie demonoxyle. Ils sont le plus souvent en noyer. Ils étaient fabriqués à la demande par les taillandiers ou les maréchaux-ferrants. Si à l’époque ces moulins étaient des objets de luxe, il faut savoir qu’aujourd’hui, un modèle Louis XIV classique se négocie entre 1 500 et 3 000 euros.

Au fur et à mesure du développement de la consommation de café, des moulins strictement fonctionnels font leur apparition vers le milieu du xviiie siècle. Ils sont en général équipés d’une patte de fixation permettant de les fixer à la table. Vous pouvez trouver une description dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert de ce type de moulin dit « moulin entonnoir » en raison de leur forme.

Le modèle-star de l’époque est le modèle dit sablier. Il est composé de deux cônes reliés par une fixation à baïonnette. Il est équipé lui aussi d’un dispositif de fixation.

Les types de moulin sont très différents selon les régions où se développe le café, comme la Hollande, l’Espagne.

Le xixe siècle, siècle de l’industrialisation, correspond à la vraie popularisation du café. La raison est aussi historique car le siècle débute en 1806 par un coup de force de NapoléonIer, (dont le moulin personnel est un des plus célèbres de la collection Malongo…) qui instaure le blocus contre toutes les marchandises britanniques. En représailles lesBritanniques coulent les bateaux qui livrent des produits exotiques en Europe. Les stocks s’accumulent chez les producteurs.

Après la bataille de Waterloo, ces stocks libérés provoquent un effondrement du cours du café.

Moulin cubique métal des années 1950

Les fournisseurs développent alors les moulins de comptoir pour que chaque épicerie puisse fournir du café moulu à ses clients. Cette époque correspond aussi à la grande période du moulin à arbre horizontal. Il voit aussi une explosion des formes et des mécanismes. L’utilisation de l’acier permet l’avènement d’une vraie industrie du moulin à café.

Le xixe siècle, c’est aussi la période pendant laquelle le moulin cubique va faire son apparition en s’imposant comme la meilleure solution pour un usage individuel. Le moulin flamand en bois à colonnette avec son bol ouvert, puis le moulin Peugeot en France à partir de 1840.

Le xxe siècle correspond à l’apogée mais aussi à la mort du moulin à café. L’aventure Peugeot avec un glorieux épisode de moulin mural, puis les moulins électriques jusqu’en 1975.

Mes deux moulins (mon moulin Cuisinart actuel et un Moulinex de famille):

IMG_0641IMG_0638

Ma cafetière Turque

Type de café servi traditionnellement dans les pays méditerranéens (Turquie, Grèce).
Mouture : très fine type farine
Dosage : 1 cuillérée à soupe bombée par tasse
Température de l’eau : froide au début puis portée à ébullition

Principe : mettre le café dans une cafetière conique spéciale. Ajouter l’eau puis porter trois fois à ébullition. A la 3 ème ébullition, ajouter une cuillerée d’eau très froide pour favoriser la précipitation du marc.

La forme de la cafetière permet de verser le café séparé de la mouture.
Servir immédiatement, en faisant attention de ne pas verser de marc, dans une tasse type tulipe.

Ma cafetière turque m’a été ramenée par une amie qui a de la famille en Turquie. J’ai de la chance car en plus de la cafetière j’ai eu 2 paquets de café local.

Malheureusement je n’ai pas encore pu l’essayer car ne convient pas aux plaques inductions. Je pense que je vais investir dans un petit réchaud gaz … Par contre, j’ai pu goûter !

Mais lors de ma dégustation j’ai eu droit à une petite variante. En effet, il y a bien eu les 3 ébullitions (attention ! si ça déborde on est pas bon à marier ;-)) mais le marc a été versé dans la tasse avec le café. Après avoir attendu que le marc se dépose au fond, et après avoir bu ce café, on m’a retourné ma tasse et avec le marc restant j’ai eu droit à des prédictions lues dans mon marc de café.

Voilà ce bel objet :

IMG_0639

Ma cafetière à dépression “Siphon Hario”

Mouture : moyenne – fine
Dosage : 14-20 g pour 2 tasses
Température de l’eau : jamais bouillante

En 1825 apparaît la cafetière à dépression de type Cona. Composée de deux globes superposés et fixés à un support, elle fonctionne à pression d’air.

Le brevet est déposé par la Française Jeanne Richard en 1837 en faisant référence aux travaux de l’allemand Loeff. Plusieurs brevets se succèdent en apportant diverses améliorations (Louis François Boulanger (France, 1835), Mority Platow et James Vardy (Angleterre, 1839), Mme Vassieux (France, 1841).

Ici, on utilise un ensemble en verre à feu comprenant deux globes en verre reliés par un joint étanche autour d’un tube en verre plongeant dans le ballon inférieur où l’on chauffe de l’eau (lampe à alcool ou chauffage électrique). L’air emprisonné au-dessus de l’eau chauffée se dilate poussant l’eau dans la tulipe supérieure à travers un filtre généralement en textile autour d’un filtre rond métallique retenu par un ressort attaché au bas du tube.

La montée de l’eau est lente suivant la puissance de chauffe plus ou moins importante. L’utilisation d’eau chaude à 55° à 60° permet d’accélérer le processus mais il faut absolument arrêter le chauffage juste avant que le tube ne plonge plus dans l’eau, ceci afin d’éviter le passage de l’air dans la partie supérieure, ce qui amènerait de l’eau bouillante et de la vapeur altérant la qualité de l’infusion. On peut mélanger l’eau et la mouture dans la tulipe. L’air emprisonné dans la partie inférieure se refroidit très vite et, par dépression, aspire l’infusion dans la tulipe, accélérant la filtration et évitant le refroidissement. La réalisation est spectaculaire par son côté «laboratoire» ; la qualité est excellente. Le nettoyage doit être immédiat et principalement pour le filtre textile.

Depuis ce petit café pris à Paris dans cette magnifique cafetière, je n’avais qu’une envie la posséder … Je me suis donc rendu sur le site http://www.maxicoffee.com/  et j’ai commandé la Cafetière à dépression en verre technica – 2 tasses – Hario ainsi qu’un jeu de 5 filtres tissus. Vous allez découvrir dans cet article la vidéo de sa première utilisation.

La Maison Hario qui signifie “Roi du verre” est une entreprise japonaise spécialisée dans l’art de la table depuis 1921. Hario a su rapidement gagner en notoriété grâce à ses théières et à sa célèbre Cafetière à dépression aussi appelée “Syphon”.
Hario® est reconnu par les plus grands barista comme étant le meilleur ‘procédé filtre’ pour déguster le café : la firme s’est imposée naturellement comme LE plus grand standard de qualité.

Voici la photo :

IMG_0632

Et voici la vidéo de cette cafetière :

Pour le mode d’emploi, voici les explications :

  1. Chauffez la quantité d’eau désirée juste avant le point d’ébullition (90-95°C) et versez dans le bocal inférieur.
  2. Rincez le filtre avec de l’eau chaude et replacez dans le bocal supérieur (facultatif)
  3. Ajoutez le café moulu (14-20g avec une mouture légèrement plus fine que celle d’une cafetière à filtre) dans le bocal supérieur.
  4. Replacez le bocal supérieur en s’assurant que le joint est bien étanche.
  5. Placez le brûleur sous la cafetière.
  6. Lorsque l’eau commence à remonter, mélangez brièvement pour bien saturer le café moulu.
  7. Après 30 à 40 secondes d’infusion une fois la totalité de l’eau remontée, retirez le brûleur et le café commencera à descendre.
  8. Quand le processus est terminé, retirez délicatement le bocal supérieur.
  9. Versez et dégustez 🙂

Mes Cafetières Piston

Mouture : moyenne voir grosse
Dosage : 6gr par tasse pour 4 oz soit 120 ml
Température de l’eau : frémissante

La cafetière à piston (French press en anglais) a été brevetée par Marcel-Pierre PAQUET dit JOLBERT le 11 janvier 1923 (brevet délivré le 26 avril 1924 et publié le  5 août 1924)
Attention ! de nombreux sites attribuent à tort ce brevet à l’italien CALIMAN

Cafetière (type Mélior/Bodum) comprenant un pot de verre, un piston et des filtres. 

Mettre au fond du pot une mouture moyenne/grosse, ajouter l’eau frémissante, mélanger, mettre le couvercle, laisser infuser 4 minutes, appuyer doucement le piston pour que le filtre descende. Servir …

Mes cafetières à piston :

IMG_0635


Mes Cafetières Italiennes

Mouture : moyenne et bien tassée
Dosage : 12 g de café moulu par tasse
Température de l’eau : froide au départ puis bouillante pour forcer le passage sur le café

La cafetière italienne ou à moka, est apparue en 1895. Très connues en Italie sous le nom Bialetti, du nom du fabricant Alofonso Bialetti.

L’eau froide est placée dans la partie basse de la cafetière métallique et portée à ébullition. Et se diffuse à travers un tube relié à un filtre métallique à gros trous, dans la partie supérieure de la cafetière où est placée la mouture. L’ensemble doit être surveillé afin de ne pas laisser la cafetière sur le feu sans eau dans la partie basse. L’entretien quotidien de la cafetière avec nettoyage complet du filtre et des joints est indispensable.

Il convient de servir et de boire ce café immédiatement.

2 de mes cafetières italiennes (une Bialetti et une petite curiosité 2 tasses)

IMG_0634

source http://www.toutsurlecafe.fr


Mes Cafetières filtre

Filtre papier : mouture fine (65 g pour un litre d’eau).
Température de l’eau : frémissante

Principe : passage, à travers le filtre, de l’eau frémissante sur la mouture.
La première cafetière automatique à filtre Mr. Coffee fut introduite en 1972.
La cafetière traditionnelle à filtre : composée de deux parties, le filtre (métallique ou papier) et une verseuse. L’eau frémissante est versée sur la mouture et le café passe à travers le filtre dans la verseuse. C’est le café le plus riche en caféine.
Servir immédiatement; Avec ce type de préparation, le café est parfois gardé sur une plaque chauffante ou servi en thermos, il convient néanmoins de le consommer encore chaud et de jamais le faire réchauffer ni le laisser bouillir.

Ma Chemex que j’adore :
IMG_1092

Ma cafetière filtre avec broyeur :

IMG_0642

Celle de famille (manque la partie filtre, mais sentimentale) :
IMG_0636
source http://www.toutsurlecafe.fr